X-Men Apocalypse vient de sortir et Warcraft débarque très vite, c’est donc l’occasion rêvée de sortir une critique tardive de Captain America : Civil War !

Je vais commencer par un petit rappel pour mes chers lecteurs. Je n’ai pas été tendre avec Batman V Superman : Dawn Of Justice dans mon article qui lui est consacré. J’ai reçu quelques commentaires très désagréables à ce sujet mettant en cause mon intégrité journalistique. Je tiens à rappeler aimablement que je ne suis pas du tout journaliste, je paie ma place quand je vais au ciné, j’achète mes BD et je paie de ma poche l’hébergement de ce blog. Je vous donne ici mon avis personnel et si vous revenez lire mes articles c’est qu’ils vous plaisent ou du moins qu’ils vous intéressent. Non, Disney ne me paie pas pour aimer Star Wars ou Marvel ou pour cracher sur Batman V Superman. Je le fais gratuitement, avec plaisir et en mode public et je le partage à mes amis. Merci pour ce moment.

PASSONS AUX CHOSES SERIEUSES !

Civil War : de quoi ça parle ?

Ce troisième volet des aventures de Captain America nous place le héros face à une belle série de conflits. Après les événements de l’ère de la semaine d’Ultron, Iron Man a confié les Avengers à Steve Rogers, Hulk a disparu et Thor est retourné en Asgard (ou à Asgard, on peut dire les deux). Il ne reste que le tout-puissant Vision, la puissante mais aux pouvoirs flous Sorcière Rouge et les seconds couteaux que sont War Machine, la Veuve Noire et Falcon. Même Hawkeye est à la retraite.

Ils vivent leur petite vie d’Avengers jusqu’au jour où une de leurs missions va causer la mort de civils innocents. A partir de là, les gouvernements du monde vont commencer à se dire qu’il faudrait mettre une muselière sur ces surhommes qui foulent la terre. On leur rappelle les dégâts causés par leurs précédentes interventions : New York, la Sokovie, Washington dans Winter Soldier, etc…

La solution proposée et ratifiée par 117 pays (dont la France d’après mes recherches) est de créer une structure dépendante de l’ONU pour superviser les Avengers qui sont une organisation privée à l’heure actuelle. Un sommet est organisé en Autriche pour signer les Accords et rétablir la paix et la liberté dans la galaxie mais ça ne se passe pas si bien que prévu…

Une véritable guerre civile ?

A partir d’ici, c’est globalement spoilant. Vous voilà prévenus !

Il est difficile de ne pas penser à l’arc majeur des comics Marvel des années 2000 qui donne directement son nom ce film. Si la base est la même (à savoir qu’un accident provoqué par des super-héros va tuer des civils), le déroulement est tout autre.

Dans les comics, les New Warriors, une jeune équipe de héros, sont suivis pour leur propre show de real TV (oui oui) mais tombe accidentellement sur le méchant Nitro qui peut violemment se faire exploser. Il use de son pouvoir pour échapper aux héros et tue ainsi environ 600 personnes dont 60 enfants d’une école primaire toute proche. L’Amérique est triste et énervée, choquée et déçue. Les gens manifestent pour dire que les héros sont dangereux et doivent être contrôlés. Le gouvernement américain (et non une coalition mondiale) propose donc d’introduire l’Acte de Recensement des Super-humains. Tous les humains possédant des super-pouvoirs doivent tomber le masque pour les fichiers du gouvernement et s’engager soit à cesser toutes activités de justiciers soit à venir travailler pour le gouvernement US (qui mènera plus tard à l’Initiative des 50 Etats visant à former ces héros et à mettre une super-équipe dans chaque état mais passons).

spiderman-civil-war

Dans cette guerre, Tony Stark, qui a tombé le masque depuis longtemps, est soutenu par Red Richard aka Mr Fantastic et, notamment, Spider-Man. Dans l’autre camp, on retrouve Steve Rogers qui n’est pas franchement pour ce recensement et pour le fait de rendre tous les héros fonctionnaires.

Sauf que voilà, dans le Marvel Cinematic Universe (MCU), le problème des identités secrètes n’en est pas vraiment un. Iron Man n’en a pas, War Machine non plus, ni Black Widow, la Sorcière Rouge ou même Falcon. La plupart de ces héros opèrent à visage découvert. Il fallait donc trouver une autre approche pour ce film.

Civil_War_Marvel_Comics

Marvel Studios a décidé de garder le pitch original (des victimes innocentes) et l’idée globale (le contrôle des super-héros) mais là où le conflit devient flou c’est dans les motivations des opposants aux Accords de Sokovie. On imagine au début que Cap serait d’accord. C’est un militaire et il comprend les problématiques du bien commun. Marvel en profite donc pour jeter un autre personnage dans ce bordel : Bucky Barnes aka le Winter Soldier, ancien partenaire de Cap.

Quand il était sous l’emprise d’Hydra, il a assassiné des dizaines de personnes et commis d’affreux crimes et voilà qu’il est accusé d’avoir fait péter le bâtiment de l’ONU à Vienne, causant encore des morts innombrables dont celle de T’Chaka, le roi du Wakanda. Nous voilà dans une chasse à l’homme bien rythmée où la team Iron Man tente d’arrêter la team Cap qui cherche à protéger Bucky et à prouver son innocence.

civil-war-2

Très différent de l’arc Civil War des comics.

Oui je sais, c’est une adaptation mais dans ce cas, choisissez un autre titre bordel. Genre Captain America : Rififi chez les Avengers.

Le trio gagnant : Ant-Man, Black Panther et Spider-Man

Le casting est beau. On en est au 12ème film du MCU et on en connaît bien les personnages. On nous présente sans trop de lourdeur les nouveaux venus : Black Panther et Spider-Man.

Ah Spidey, Spidey, Spidey. Après une trilogie finie en eau-de-boudin avec Tobey McGuire et un diptyque sympathique mais très inégal, on attendait avec impatience le retour de l’Araignée vers sa maison-mère. Enfin, Marvel peut afficher son personnage phare aux côtés de seconds couteaux devenus stars. Je ne m’étendrai pas pendant des paragraphes sur ce Spider-Man : il est simplement parfait. Un Peter Parker ado brillant et maladroit, un Spider-Man drôle, combattif et aussi maladroit. On a rarement vu une meilleure transcription à l’écran de ce personnage !

spider-man

Passons à T’Challa. L’hériter de la couronne du Wakanda porte le costume de Black Panther, qu’il tient du dieu Panthère (excusez du peu) et s’il s’en sert habituellement pour protéger son royaume du monde extérieur, il va partir ici en quête de Bucky qu’il accuse d’être responsable de la mort de son père. Je ne sais par où commencer. Je trouve que Black Panther est un personnage fascinant dans les comics de part ses rapports avec les Avengers, les X-Men, les Fantastiques ou parfois avec Fatalis ou Namor. Le voir si vivant, si réaliste et si bien joué à l’écran m’a fait extrêmement plaisir et n’a que confirmé ma hype pour son film solo ! Son costume est beau, Chadwick Boseman le joue la perfection et putain qu’est-ce qu’il est classe !

black-panther

Enfin, on retrouve également Ant-Man pour sa première incursion dans un film à héros multiples après son propre film, surprenant dans le bon sens d’ailleurs. Son rôle de comic-relief est toujours présent et il nous dévoile ici un nouveau pouvoir : celui de Giant-Man ! Petit bémol quand même : dans Ant-Man, il voulait se ranger pour protéger sa fille et voilà qu’il claque tout du jour au lendemain pour s’impliquer dans ce conflit. Un peu dommage. Mais enfin, j’adore Paul Rudd donc je lui pardonne tout.

Un méchant oubliable

La faiblesse principale du MCU réside dans ses vilains. Demandez à n’importe quel fan : le seul que l’on apprécie vraiment est Loki que l’on a pu voir dans 3 films. Les autres sont parfois classes (Ronon dans les Gardiens de la Galaxie) et vraiment cools (Ultron) mais souvent vite oubliés (c’était qui déjà le méchant d’Iron Man 3 ? Non, pas le Mandarin, le vrai méchant ?).

Une fois de plus, le baron Zemo (qui n’est pas baron je crois ici) a un plan tiré par les cheveux qui consiste à faire porter le chapeau à Bucky pour tout car il a tué son père quand il était le Winter Soldier. Mouais. C’est pas du niveau du plan d’Ultron ou de celui de Luthor dans BvS mais ça reste con. Vivement que Thanos ramène son cul bordel.

Mieux qu’Age Of Ultron, moins bien que Winter Soldier

Au final, ce Civil War est très bon. Pas un simple divertissement car il nous présente par exemple personnage de Tony Stark sous un nouveau jour : habituellement très bling bling et caché derrière son humour, il semble plus en proie à l’introspection et à la réflexion qu’à l’ordinaire et on sent que son conflit avec Cap le mine réellement. Un vrai plaisir de voir le personnage se développer dans cette direction.

Cap est fidèle à lui-même, bien qu’un peu trop motivé par des réactions basiques que dans les précédents films.

De qui n’ai-je pas parlé ? Ah oui ! Vision survole le film : là sans être là. Toujours aussi peu développé même si on nous tease sa relation avec la Sorcière Rouge.

Les combats sont épiques et foutrement efficaces. La tension est présente même si on n’imagine pas voir mourir un des héros pendant le film (la mort du héros Goliath dans les comics représente pourtant un tournant de la guerre civile).

iron-man-war-machine

J’ai noté que malgré de belles réussites, les effets spéciaux chiaient un peu dans la colle à certains moments notamment quand il s’agissait d’afficher les armures d’Iron Man et War Machine.

Enfin, ce que j’ai trouvé un peu dommage est le happy end du film : Rhodey peut de nouveau marcher avec une prothèse et Cap fait libérer tous ses copains discrètement (pour créer les Secret Avengers ?. On sent que le conflit ne sera plus là quand le prochain Avengers arrivera et c’est dommage. On imagine que les répercussions de la guerre civile ne dureront pas.

ET BORDEL, quand est-ce que les Avengers vont apprendre que le SHIELD existe encore et que Coulson est vivant ? Et les Inhumains putain ? Et Daredevil ? Et Jessica Jones ? Et Luke Cage ? Ils sont où pendant tous ces temps bordellos ?

Bref. C’était bien. Vraiment bien. Mais ça aurait pu être mieux et encore plus grandiose si le film s’était appelé Avengers : Civil War.