Shiny.

I’m a leaf on the wind.

I can kill you with my brain.

Big damn heroes.

Time for some thrilling heroics.

Gorram…

Ces expressions résonnent encore et toujours dans la tête et dans le cœur des fans de Firefly. Cette série que l’on pourrait penser confidentielle (elle ne compte que 14 épisodes) est pourtant une référence presque incontournable de la culture geek.

Pourquoi je vous en parle aujourd’hui ? Parce le 20 décembre 2014, cela a fait 12 ans que le dernier épisode de Firefly a été diffusé, laissant son univers incomplet. Si vous ne connaissez pas, laissez-vous guider. Et si vous êtes déjà un browncoat, accompagnez-moi donc dans ce voyage à travers le Verse.

Firefly : Les Origines

Lorsque débute le tournage de Firefly en 2002, son créateur, le tout-puissant Joss Whedon, est un homme influent. Il en est à cette époque à la dernière saison de Buffy Contre Les Vampires et Angel se porte bien se son côté. Bref, il a toutes les cartes en main pour mener à bien son projet : un space western avec des personnages hauts en couleur. L’histoire de Firefly se concentre sur l’équipage du vaisseau Serenity. Whedon a donc tout fait pour rassembler un cast dont l’alchimie à l’écran est proche du réel.

joss-whedon1

Joss Whedon, le génie créatif derrière Firefly, quand il avait des cheveux.

Le casting terminé, le tournage peut commencer et la chaîne Fox, qui produit la série, commence déjà à mettre des bâtons dans les roues de Joss Whedon. Visionnaire, celui-ci veut tourner sa série en 16*9, à une époque où ce format commence timidement à arriver chez les particuliers. Il décide donc de sciemment tourner le pilote en utilisant au maximum la largeur complète du cadre afin que la chaîne ne puisse couper l’image lors de la diffusion.

Mais lorsqu’il propose son pilote à la chaîne, elle refuse, critiquant le capitaine, et personnage principal, trop renfrogné et la moralité de l’équipage qui travaille avec le crime organisé. Whedon tourne donc un nouveau pilote pour plaire à la chaîne.

Le pitch

Firefly se déroule au XVIè siècle, dans un monde où l’Humanité a abandonné la Terre (Earth-That-Was) pour un nouveau système stellaire. De nombreuses planètes ont été terraformées pour permettre la vie humaine. On trouve d’un côté les planètes centrales, riches et florissantes, qui furent parmi les premières terraformées. Mais les autres colonies sont loin d’être aussi chanceuses. La plupart d’entre elles sont peuplées par une poignée de colons, souvent des fermiers, et subissent un climat sec et aride.

Quelques années avant le début de la série, les planètes centrales, qui ont formé un gouvernement central appelé « L’Alliance », ont voulu rassemblé toutes les planètes dans leur fédération. Mais certaines résistèrent et la guerre de l’Unification éclata. La guerre se solda par la défaite des Indépendantistes, ou Browncoats, lors de la bataille de Serenity Valley. La série se déroule après la guerre et on découvre Malcom Reynolds, capitaine d’un Firefly baptisé Serenity, qui fait au mieux pour survivre dans cet environnement hostile en acceptant tous les jobs qui se présentent à lui, du transport de passager ou au pillage d’épaves….

Le Firefly "Serenity"

Le Firefly « Serenity »

L’ambiance de Firefly évoque la science-fiction et le western avec une direction artistique mêlant les inspirations occidentales et orientales. Dans le monde de Firefly, les humains descendent tous d’une superpuissance américano-chinoise et les langues parlées sur le chinois et l’anglais. Le chinois est surtout utilisé pour les jurons et insultes d’ailleurs (Gorram reavers !).

Un casting comme une famille

firefly-cast-img

Whedon a voulu le meilleur équipage possible pour le vaisseau Serenity. Le pilier du casting est l’acteur Nathan Fillion qui incarne le capitaine Malcolm Reynolds. Cet acteur est désormais connu pour son rôle de Castle dans la série éponyme. Il ne cache pas son amour pour le personnage de Malcolm Reynolds et plusieurs références à Firefly sont faites dans Castle comme la fois où il se déguise en « space cow-boy » pour Halloween.

On retrouve également l’excellente Morena Baccarin dans le rôle de la courtisane Inara Serra. Depuis, on a vu Morena dans Stargate SG-1, V et surtout Homeland.

Adam Baldwin, qui n’est pas l’un des frères Baldwin, incarne à la perfection le mercenaire Jayne Cobb.

Gina Torres (depuis à l’affiche de la série Suits) et Alan Tudyk (qui fait surtout du doublage depuis) sont le couple Zoë et Hoban Washburne.

Jewel Staite est Kaylee Frye, le meilleur mécanicien de la galaxie. Depuis Firefly, on l’a vu pendant trois saisons de Stargate Atlantis.

Sean Maher et Summer Glau sont Simon et River Tam, le docteur et sa soeur plutôt dérangée. Si la carrière de Sean n’a pas particulièrement décollé, Summer a eu plusieurs rôles titres dans les séries Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor, The Cape, Alphas et plus récemment Arrow.

Enfin, c’est le pasteur Derrial Book, joué par Ron Glass, qui complète le tableau.

Une série morte-née

Le plus grand ratage de Firefly est sa diffusion. La Fox commence donc la diffusion par le second pilote. Sauf que celui-ci est prévu comme une suite du « vrai » double pilote (qui revient sur la guerre et présente les personnages… un pilote quoi). Bon ça encore, admettons. Mais s’en suit un joyeux mic-mac et pour des raisons mystérieuses, la chaîne diffuse les épisodes dans un ordre complètement aléatoire. Pour preuve, le double pilote initial sera diffusé le 20 décembre, soit trois mois après le début de la série !

tumblr_m034lzXRDB1r70r3vo1_400

Estimant que les audiences sont mauvaises à cause de la qualité de la série, la Fox décide d’annuler Firefly après la diffusion de seulement 11 des 14 épisodes tournés. Tout aurait pu s’arrêter là. Firefly aurait juste été une série de quelques épisodes comme il y en a tant. Mais c’était sans compter sur la fidèle base de fans qui a eu le temps de se créer en quelques mois.

Voyez-vous, en 2002, l’internet commence à être bien présent outre-Atlantique et les fans dialoguent sur les forums officiels de la Fox, notamment. La mobilisation est intense et les fans organisent une levée de fonds pour promouvoir la série (oui oui, bien avant le crowdfunding) et tenter de trouver un chaîne souhaitant diffuser et reprendre la production de Firefly. Ces tentatives n’aboutiront pas mais elles permirent la sortie en DVD de Firefly en Décembre 2003.

firefly_washdinohour

C’est là que tout a basculé (oui). Les fans se mobilisent pour acheter le plus de coffrets DVD possibles quitte à en offrir à tous leurs proches pour les fêtes. En avril 2004, les Browncoats parviennent à lever plus de 14 000$ pour acheter des DVD de la série afin de les ajouter à la bibliothèque de 250 navires de l’US Navy !

Figurez-vous que Netflix a également contribué à la légende Firefly. Car figurez-vous qu’avant d’être un service de vidéo en streaming, Netflix était un service de location de DVD par la poste ! Quand les DVD de Firefly ont été disponible sur Netflix, les fans se sont mobilisés pour encourager toutes leurs connaissances à les louer et ils l’ont fait eux-mêmes pour augmenter la demande et montrer à Netflix que le monde aimait Firefly. C’est un peu de la spéculation mais c’est beau.

Ce ne sont que quelques exemples d’actions menées par les fans mais c’est assez admirable si on considère que la série n’a été diffusée que pendant trois mois…

De Firefly à Serenity

Le plus surprenant dans tout ça est que ça a fini par aboutir. Les initiatives menées par les fans finiront par toucher Universal Studios qui décidera de donner une suite à Firefly pour faire plaisir aux fans de l’argent. Le 30 septembre 2005, 3 ans après la diffusion initiale de Firefly, le film Serenity débarque sur les écrans. Malheureusement, le succès ne sera pas au rendez-vous. Serenity ne récoltera « que » 40 millions de dollars au box-office mondial (sachant qu’il en a coûté 39…).

serenity-poster-full

La fin prématurée est-elle la raison du succès ?

Après Serenity et son échec commercial, l’avenir de la franchise est incertain. Mais le succès critique du film est incontestable et la base de fans grandit de jour en jour. Le 23 juin 2006, des projections à but caritatif de Serenity sont organisées aux USA et dans le monde. Le même jour, les fans se mobilisent pour acheter un maximum de DVD de Serenity pour convaincre Universal de réaliser une suite. Puis en juillet 2006. le documentaire « Done The Impossible » revient sur l’annulation de Firefly et les initiatives de fans qui ont conduit à Serenity.

tumblr_lvqwe0j6HO1r2r777

En 2007, l’astronaute Steven Swanson, un fan de Firefly, embarque avec lui les DVD de la série et du film à bord de la navette Atlantis. Ces DVD font depuis partie de la bibliothèque de la Station Spatiale Internationale !

Malgré les qualités de Firefly/Serenity, il est très difficile de savoir ce qui en a fait une série culte qui perdure encore aujourd’hui.

Ce qu’on peut observer cependant est le nombre impressionnant de références à Firefly/Serenity dans la pop culture. Je vous ai parlé plus eux des références nombreuses dans Castle. Et sans dresser une liste exhaustive, on peut noter que l’on fait régulièrement référence à Firefly dans The Big Bang Theory (Sheldon considère Rupert Murdoch comme l’un des pires traîtres de l’histoire car il possède la Fox qui a annulé la série et dans un autre épisode, les 4 mecs rencontrent Summer Glau dans un train).

firefly-tbbt

Dans la série Community, qui est dans un sens une série hommages aux séries, les personnages de Troy et Abed avouent que si l’un d’entre eux vient à mourir, ils maquilleront ça comme un suicide causé par l’annulation de Firefly.

On peut apercevoir les personnages de Firefly dans des « bocaux » dans Futurama et le vaisseau dans American Dad.

firefly-futurama

firefly-american-dad

L’épisode 200 de Stargate SG-1 est une référence à Firefly. On y suit la production d’un film faisant suite à la série Wormhole X-Treme (basée sur le programme Porte des Etoiles), pourtant annulée après seulement 3 trois épisodes plusieurs années auparavant.  Mais, les ventes de DVD ont été très bonnes…

En terme de statut culte, peut-on faire mieux que la photo ci-dessous ?

La première photo Instagram envoyée depuis l’espace est un selfie d’un astronaute portant un t-shirt Firefly ! Il s’agit de Steven Swanson, le même qui a embarqué les DVD avec lui en 2007.

Cette liste n’est pas complète du tout, je vous livrais juste celles qui m’ont marquées :).

La suite ?

Depuis des années, Nathan Fillion, Alan Tudyk et Joss Whedon rêvent de racheter les droits sur la série TV à la Fox mais ils n’y sont toujours pas parvenu. S’il adore son univers, Joss Whedon est très occupé depuis des dernières années notamment depuis qu’il est devenu l’un des piliers de l’univers Marvel en se retrouvant à la tête de la franchise ciné Avengers.

Mais le patron garde un oeil vigilant et bienveillant sur Firefly et depuis l’histoire se poursuit. Depuis 2006, 4 albums de comics sont parus. Les comics Serenity sont chapeautés par Joss Whedon (et aussi ses frangins) et se déroulent avant, pendant ou après les événements de la série et du film. Ils ne sont pas paru en français mais sont trouvables en anglais sur Amazon. Je vous en reparlerai sûrement prochainement !

Dans quelques mois, un jeu vidéo Firefly devrait voir le jour. Je vous en ai parlé il y a un petit moment déjà mais la sortie a été repoussée car l’équipe de développement a plus d’ambition que prévu initialement.

Les fans, moi le premier, espèrent toujours voir ou revoir l’équipage de Serenity en série ou en film mais c’est mal parti. Peut-être qu’un jour Netflix achètera les droits pour faire une suite ? En attendant, Keep Flyin’ ! Et suivez tout l’actu de Firefly sur la page Facebook officielle.