Connaissez-vous Albator ? Sûrement. Ne serait-ce que de nom ! Le corsaire de l’espace a fait son apparition dans l’hexagone en 1980 sur la chaîne Antenne 2 (France 2 pour les plus jeunes) dans l’émission Récré A2. Les décennies 70 et 80 ont vu les dessins animés japonais débarquer en masse sur les chaînes du service public français et Albator faisait partie du lot aux côtés de Goldorak, Candy, Cobra, Tom Sawyer ou encore Rémi sans Famille.

Albator 78

albator-78Au 30è siècle, Albator combat les Sylvidres, une mystérieuse espèce de femmes aliens, qui menacent une Terre habités d’humains baignant dans l’opulence et abrutis par la télévision. Le gouvernement de la Terre pense qu’Albator est celui qui commet les crimes alors que ce sont les Sylvidres. Le corsaire de l’espace, à la barre de son vaisseau l’Atlantis, est bien décidé à éliminer la menace et à sauver son honneur, et la Terre.

Bref, c’était ça :

Cette série, Albator 78, est un franc succès ! Et quelques années plus tard, une seconde série voit le jour et débarque en 1984, toujours dans l’émission Récré A2.

Albator 84

albator-84

Albator 84 est une préquelle à la première série. On y retrouve Albator et son équipage à la recherche de la planète idéale pour l’Humanité tout en luttant contre les Humanoïdes, une espèce alien qui oppresse les terriens.

Il faut bien admettre que dans cette série moins disco, Albator et son vaisseau, ont bien plus la classe ! Si vous en voulez plus, l’intégralité des épisodes d’Albator 84 sont disponibles en VF sur YouTube ! Voici le lien vers le premier épisode.

D’où viens-tu Albator ?

Entre 1977 et 1979, Leiji Matsumoto publie le manga « Capitaine Albator ». Ce mangaka sera ensuite scénariste sur les deux séries. Matsumoto a également développer son univers dans des séries comme Space Battleship Yamato, Galaxy Express 999, Cosmowarrior Zero (la jeunesse d’Albator) ou encore Queen Emeraldas (le pendant féminin d’Albator).

albator-manga

Le style graphique de Matsumoto a tant marqué les esprits qu’en 2003, il s’occupe du design des personnages du film Interstella 555. Il s’agit en fait des clips de l’album Discovery des Daft Punk.

Albator, de retour au cinéma en 2013

albator-afficheA la base, j’ai commencé cet article pour vous parler du film d’animation Albator : Le corsaire de l’espace qui est sorti en France le 25 décembre 2013.  Dans ce film, on retrouve donc le capitaine Albator à bord du vaisseau Arcadia. Petite précision, en VO l’Atlantis s’appelle l’Arcadia et Albator s’appelle Harlock. Le nom du corsaire étant trop emblématique en français, ils ont laissé Albator mais ont traduit Atlantis par Arcadia. Un choix que je trouve surprenant.

Bref. Dans ce film, l’univers d’Albator est pensé différemment. Suite à la colonisation de l’espace et une guerre qui a fait rage lorsque tout le monde a voulut rentrer sur Terre, la Coalition GAIA a décrété que la planète bleue serait une zone interdite. Seul ombre au tableau ? Le Capitaine Albator qui selon la légende erre dans l’espace depuis 100 ans pour… euh… bah ça, on ne sait pas trop en fait (sauf si on spoile mais bon). Le jeune Yama va intégrer l’équipage de l’Arcadia pour en apprendre plus sur ce personnage mystérieux.

Bon. Comment dire. Ce film… est visuellement spectaculaire. On ne peut pas lui enlever ça. La première apparition de l’Arcadia est grandiose et la qualité de l’animation (notamment la texture de la peau des personnages) est criante de réalisme.

On y retrouve la plupart des personnages de l’époque Albator 78 : Yattaran, Kei Yûki (Nausicaa dans la VF à l’époque) ou encore Miimé.

L’intrigue est très tiré par les cheveux. Je ne vous spoilerai pas mais je dois admettre que je ne comprends pas l’intérêt d’avoir développer une nouvelle intrigue quand on voit le matériau de base (mangas et animés). Enfin, ce qui est vraiment dommage ce que le film soit centré sur Yama et que finalement Albator ne soit pas au coeur de l’intrigue de son propre film !

albator-film-2013

En bon film d’animation japonaise, c’est bourré de clichés mais on les accepte de bon coeur. Mon sentiment sur ce film est assez mitigé. D’un côté, j’ai aimé revoir Albator plus fringuant que jamais et sur grand écran mais je dois admettre que l’intrigue m’a un peu dérangé. Avoir donc si vous aimez Albator ou la science fiction !

Notez d’ailleurs que Leiji Matsumoto n’a pas été impliqué dans ce film. Allez, je vous laisse avec la bande-annonce.