Chez Geektonic, on aime ce qui sort de l’ordinaire et ces petites pépites qui se cachent aux tréfonds de la pop-culture. Comme par exemple des histoires de robots géants faisant face à des monstres godzilesques venus du fonds des océans (sous-entendu, au travers d’une faille interdimentionnelle). Les amateurs de science-fiction auront compris que nous parlons de Pacific Rim et les plus téméraires d’entre eux se demanderont s’il n’y avait pas une faute dans le titre de cet article. Eh bien non, aujourd’hui le film que nous mettons à l’honneur n’est pas Pacific Rim mais Atlantic Rim !

Ce film appartient à une catégorie spécifique du cinéma : les mockbusters. Il s’agit de films à petit budget qui reprennent exactement le thème d’un gros blockbuster, le tout en changeant subtilement des détails pour éviter les procès en contrefaçon. Certains mockbusters se contentent de surfer sur la vague, tandis que d’autres ont clairement pour but de semer la confusion dans les rayons DVD des magasins. Des studios tels que TomCat ou The Asylum sont même spécialisés dans ce domaine ! The Da Vinci Treasure ou Transmorphers vous rappellent d’autres films ? C’est normal !

atlantic-rim-poster1

Parfois, le mockbuster n’a rien à voir avec le film de départ car il est souvent tourné au moment où les premières bandes-annonces de l’original sortent. C’est un peu le cas ici avec Atlantic Rim où on a bien des robots géants et des monstres extraterrestres de 100m mais c’est tout. Pas de jumeaux ni de connexions neurales. Les pilotes dirigent les robots en appuyant sur des gros boutons à la manière des Power Rangers. Pas non plus de faille interdimenstionnelle, les monstres sont simplement des créatures pré-historiques oubliées.

Screen Shot 2013-07-19 at 15.47.22Screen Shot 2013-07-19 at 17.08.58

Ce qui fascine dans Atlantic Rim, et plus généralement dans les mockbusters, c’est le recours abusifs aux stéréotypes du genre. On ne fait pas dans le psychologique ni dans le film d’auteur. Le scénario ne triche pas, il est direct, efficace et pas trop recherché histoire de viser un public large et donc de rentabiliser au mieux les coupures pub’. Quand les héros se rendent au hangar pour utiliser les robots, ils n’y vont pas en courant. Non, les vrais héros, lorsqu’ils sauvent le monde, ils marchent. Mieux, ils marchent au ralenti. Filmés de devant, à 30m. Sinon ce ne seraient pas vraiment des héros !

Screen Shot 2013-07-19 at 17.33.37

Si c’est un militaire franc et loyal qu’il vous faut, castez un acteur amérindien pour jouer l’amiral. On se demande presque si Graham Greene n’a pas perdu un pari pour jouer dans Atlantic Rim alors qu’il tient l’un des rôles principaux dans la série star de Syfy, Defiance.

Screen Shot 2013-07-19 at 15.36.02

Le recours aux stéréotypes peut aussi être comique. Inutile de jouer dans la subtilité pour introduire le côté badass d’un personnage. Prenez encore un militaire, mettez lui un bandeau de pirate et le tour est joué !

Screen Shot 2013-07-19 at 15.36.58

Mais le mockbuster a également un côté attachant car il ne ment pas. Lorsqu’il y a une secousse dans la cabine de pilotage d’un robot, le cadreur fait trembler la caméra, l’acteur s’agite dans tous les sens, emballez c’est pesé. Cela fait-il illusion pour autant ? Bien sûr que non ! Et c’est là que la magie du mockbuster s’opère : pour pouvoir le regarder, le spectateur doit jouer le jeu, tissant ainsi une complicité avec le film. Le vrai intérêt du mockbuster n’est pas tant la marionnette que le fil qui la tire. Rien n’est vraiment convaincant et on le regarde plutôt comme on assiste au « pestacle » d’un petit neveu. La finition des costumes est d’ailleurs un bon exemple.

Screen Shot 2013-07-19 at 17.08.02

En bref, pourquoi aller voir le film du siècle ou même simplement un bon film lorsqu’on peut voir un rip-off low cost surjoué et blindé de clichés ? Parce que, mine de rien, ce sont ces films (enfin techniquement, plutôt des téléfilms) qui font entrer les chefs d’œuvres dans la postérité. Sans des Atlantic Rim programmés en deuxième partie de soirée sur des chaînes douteuses de la TNT, le bandeau de badass, le ralenti à la Armageddon ou les monstres géants à la Jurassic Park ne seraient peut-être jamais devenus des classiques, mais simplement de bonnes idées. Tout ce que peut vous recommander l’équipe de Geek Tonic, c’est de vous faire votre propre avis, et de nous le partager.