Avec l’été, on peut vite s’ennuyer. Plus aucun programme intéressant à la télé, les séries sont en pause, les amis sont en vacances… quoi de mieux pour s’occuper que de lire ? Aujourd’hui, j’inaugure avec une fierté non-dissimulée le Geek Tonic Book Club ! Dans ces articles, nous partagerons nos coups de cœur livres ou BD !  Une sélection ayant toujours un rapport avec la geek culture bien sûr pour vous occuper sur la plage, dans le train, aux toilettes, à la terrasse d’un café ou encore dans votre lit avant de dormir !

Pour ce premier numéro, j’ai décidé de vous parler d’une bande dessinée découverte récemment et qui vaut le détour.

Bêtes de Somme

De quoi ça parle ?

Sommers Hill est une petite ville de banlieue tranquille dans la campagne américaine. Tranquille ? Pas si sûr. Lorsque leurs humains ont le dos tourné, les chiens du quartier (et un chat) se retrouvent pour passer le temps. Un jour cependant, Carl, Dobey, Cador et Terry les chiens et Sans-famille le chat, font face à un phénomène étrange. Leur ami Bégueule le Beagle devient un peu fou et prétend que sa niche est hantée. N’écoutant que leur courage, la bande canine fait appel au Sage-Berger. Un chien versé dans la lutte contre le surnaturel. Il les entraînera dans une séance d’exorcisme…

betes-de-somme-tome-1Voilà. Une équipe d’animaux domestiques qui enquêtent sur le paranormal dans leur petite ville. Le pitch est surprenant, j’en conviens. Mais la recette est efficace. Chiens zombies, loups-garous, grenouilles carnivores, réunions de sorcière, … les animaux de Sommers Hill vont avoir du pain sur la planche pour lutter contre les forces du mal qui semblent se concentrer dans leur quartier.

Au croisement des Animaux du Bois de Quat’sous, Hellboy et des histoires de Lovecraft, Bêtes de Somme est une BD d’horreur avec ce qu’il faut d’humour et de mystères ! Divisées en histoires courtes (mais de plus en plus longues), le premier tome « Mal de chiens » nous happe dans ces aventures improbables et parvient à nous tenir en haleine. C’est simple. J’ai à peine lâché l’ouvrage qui fait pourtant 170 pages. Chapeau bas à Evan Dorkin (The Goon, Superman) pour la qualité du scénario.

Le dessin y est également pour beaucoup. Jill Thompson (qui a notamment travaillé sur Sandman de Neil Gaiman) illustre Bêtes de Somme avec un talent rare. Les animaux sont réalistes et pourtant très humains. La technique de colorisation utilisée est celle de l’aquarelle et chaque case est d’une beauté stupéfiante.

Une découverte morbide

La série a d’ailleurs remporté de nombreux prix dont plusieurs très prestigieux Eisner Awards.

betes-de-sommePour l’anecdote, à l’origine Evan Dorkin voulait écrire une histoire de maison hantée pour une anthologie d’horreur. Mais après quelques essais, il s’est dit que ce serait vachement mieux de parler d’une niche hantée. Voilà comme Bêtes de Somme est venu au monde !

Bref. Une petite pépite à mettre entre presque toutes les pattes ! (pas trop celles des enfants par contre, ça reste des histoires de zombies et de monstres)

Et puis il n’y a qu’un seul volume pour le moment donc vous ne risquez pas de vous ruiner pour suivre la série 🙂

A bientôt pour un prochain numéro du Geek Tonic Book Club !