Vous avez peut-être entendu parler du LOTR project, un projet de crow-sourcing référençant chaque personnage apparaissant dans l’univers de Tolkien. Il y a quelques mois, ce projet permit de fournir un arbre généalogique très précis des familles de la Terre du Milieu comportant plus de 800 noms.

Plus que l’intérêt strictement académique utile pour les rôlistes, le LOTR project vient de prendre un tour assez fascinant. En effet une rubrique « statistics » vient d’ouvrir. Elle permet notamment, en ce basant sur les romans, nouvelles et lettres de J.R.R. Tolkien, de recueillir des informations à caractère démographique sur la vie dans la Terre du Milieu.

Bien sûr les informations sont encore incomplètes car les données sont en cours de traitement statistique. Toutefois on commence à voir les grandes tendances de l’étude se dessiner. On apprend déjà que des Havres Gris au Mordor en passant le Rohan, le chromosome Y semble être un élément important du profil génétique. L’état actuel de l’étude montre en effet un déséquilibre assez évident entre mâles et femelles et cela quelles que soit les espèces (humains, nains, hobbits, elfes etc…).

Deux hypothèses peuvent venir expliquer ce déséquilibre. D’abord il s’agit de littérature chevaleresque mettant en scène plus souvent des personnages masculins que féminins. Il est alors logique que le lOTR project, se basant sur les romans, ait une vision démographique distordue. De plus, la descendance suivant un modèle patrilinéaire, le prénom nom du père est mentionné en tant que nom de famille, donnant ainsi toujours plus d’informations sur les mâles que sur les femelles.

L’autre hypothèse serait d’avantage scientifique. Il ne faut pas perdre de vue que la Terre du Milieu est peuplée d’individus bien différents de nous sur le plan biologique. Il est possible que le génome de ces espèces intelligentes maintienne un fort déséquilibre entre le nombre de porteurs du chromosome Y et ceux du chromosome X.

Cette hypothèse est corroborée par le caractère extrêmement lent du renouvellement démographique. Il est vrai qu’à la lecture de Bilbo le Hobbit, on voit clairement que la densité de population dans la Terre du Milieu est plus proche de celle de la Sibérie orientale que du littoral chinois.

Cela s’explique assez facilement par l’espérance de vie qui, malgré un mode de vie plutôt médiéval, est formidablement élevée comme on peut le voir avec les résultats statistiques que fournit le LOTR project à propos des hobbits et des nains. Le numénorien Aragorn a vécu 210 ans, cela vous donne un peu l’aperçu de la durée d’une vie dans la Terre du Milieu.

Une espérance de vie longue inhérente au génome de l’espèce pourrait s’expliquer assez logiquement par une croissance lente de la population. Il est envisageable alors que pour s’assurer que cette croissance soit lente, le chromosome Y soit avantagé dans l’évolution.
Cela expliquerait alors l’emploi généralisé de la descendance patrilinéaire dans la Terre du Milieu car elle ici plus précise.

Mais ce n’est ici qu’une hypothèse librement lancée par Geek Tonic. C’est dire que fort potentiel nerd du LOTR project qui vous garantira à coup sûr des discutions enflammée sur la démographie chez Tolkien!

N’hésitez donc pas à suivre l’évolution du projet sur Twitter, FacebookGoogle+ ou Tumblr.