À moins de vivre sur une autre planète (mais genre sacrément loin de la Terre quand même), vous devez être au courant que le site de partage de fichiers Megaupload (ainsi que Megavideo et consorts) a été fermé par le FBI le 19 janvier 2012.

Au delà du tollé provoqué par cette brusque fermeture, les rumeurs de conspiration persistantes (Megaupload devait lancer une offre légale, etc…), la riposte des Anonymous et leur cyber-guerre, la question qui se pose c’est « Et après ? ». Quel devrait être le nouveau modèle pour échanger des fichiers et regarder à volonté séries et films tout en téléchargeant des jeux vidéos et des albums ?

Si on met de côté son business basé sur le piratage, Megaupload a tout de même permis un accès totale à la culture mondiale. Et le vrai problème c’est qu’on s’est tous habitué à ça alors même que les Majors veulent revenir au système traditionnel de « Je paie pour mon DVD puis quand il devient obsolète je repaie pour le même film en Blu-Ray », etc… jusqu’à nous presser comme des citrons pour se faire le plus de profit possible. (c’est aussi vrai pour les gens ayant acheté un album en 33T, puis en cassette audio avant de le racheter en CD!)

Mais, la fermeture de Megaupload nous l’a bien prouvé, ce système n’est plus viable.

J’ai vu récemment sur la chaîne Nolife, dans l’émission débat Extra Life, Thierry Falcoz et Cyril Lambin de Nolife qui abordaient le sujet avec Erwan Cario de la rédaction d’Ecrans.fr. Ils disaient très justement que des initiatives intéressantes avaient permis de revenir à la consommation légale en illimitée. Spotify nous le prouve. Pour 5 ou 10€ par mois, vous avez accès à des millions de titres à volonté. Pour ma part, je n’achetais quasiment plus aucun CD, n’ayant pas de platine de qualité pour les lire. Maintenant, j’ai mon compte premium Spotify. J’écoute de la musique sur mon ordi et en hors-ligne sur mon téléphone. Pourquoi continuer à s’embêter à télécharger ou à acheter des CD dans ce cas ? Pour le cinéma, le succès de l’abonnement UGC illimité prouve bien que c’est viable et que les gens sont prêts à payer pour l’illimité.

L’idéal serait de développer la même offre pour le cinéma et les séries. Pourquoi irais-je acheter à 4€ en VOD un épisode d’une série en VF 1 an après sa sortie aux Etats-Unis alors que je préfère les séries en VO ? Pourquoi payer 20€ pour un DVD alors que j’ai déjà payé ma place pour voir le film au cinéma ?

Si on partait très loin et qu’on imaginait que Sony, Universal et les autres puissent s’entendre, ce serait plutôt fantastique de nous offrir pour un forfait quelconque (20 ou 30€ par mois par exemple), du streaming illimité de films au moment de leur sortie en DVD/Blu Ray et de séries TV après leur première diffusion. Avec un modèle relativement ouvert où l’on pourrait uploader ses propres sous-titres, comme le faisaient très justement remarqué les invités de l’émission Extra Life dont je vous parlais plus haut. Cela permettrait à chacun de pouvoir profiter du cinéma et des séries en toute légalité et dans une qualité d’image et de son supérieure à ce que l’on peut avoir sur une télé ou bien sûr en téléchargement illégal.

Malheureusement, la fermeture brusque de Megaupload et de nombreux autres sites similaires (Rapidshare est je crois dans le collimateur du FBI) nous prouve que les mentalités des grands de ce monde ne sont pas prêtes à changer même si je pense que c’est vers un modèle différent qu’il faudrait nous orienter.

Ce n’est bien sûr que mon humble avis et je serai heureux de connaître le votre !