Pour beaucoup d’entre vous, Keno Don Rosa est inconnu. Mais pour des milliers de fans passionnés (et pour tous les lecteurs de Picsou Magazine), il est l’auteur de la Jeunesse de Picsou et de nombreuses aventures du multi-gaziollionaires écossais et de ses neveux à travers le globe.

Balthazar Piscou (Scrooge McDuck en VO) a été créé en 1947 par un autre dessinateur de génie, Carl Barks, qui nous a quitté en 2000. Barks est aussi à l’origine de Miss Tick la sorcière, de l’inventeur Géo Trouvetou, des Rapetou, des Castors Juniors et de Lagrogne le voisin de Donald qui a un caractère presque aussi pourri que le sien.

Bref. Carl Barks est un peu le Dieu de Donaldville. Des décennies après ses premières histoires, Don Rosa, lui-même fan des aventures de Picsou, Donald et compagnie, devient dessinateur et travaille pour Disney. Son oeuvre la plus connue est la « Jeunesse de Picsou » (The Life & Times of Scrooge McDuck). Dans cette série divisée en épisodes, il raconte la vie de Bathlazar McPicsou de son enfance à Glasgow à sa ascension au titre de canard le plus riche du monde.

On y découvre un jeune Picsou qui a soif d’aventures, de rencontres et bien sûr de richesses (il n’est pas écossais pour rien). Le travail de Ron Rosa est remarquable dans le dessin mais aussi dans la recherche historique. Les aventures de Picsou commençant en 1877 en Ecosse et « finissant » en 1947 à Donaldville, Calisota, on y croise des personnages de la mythologie Picsou bien sûr (le vieux Gripsou, le père de Flairsou, Grégroire Trouvetou – ancêtre de l’inventeur, les premiers Rapetou, etc…) et surtout des personnages historiques. Picsou y rencontre Theodore Roosevelt avant et après qu’il soit président et s’en fait un grand ami. On y voit aussi l’indien Géronimo, les Frères Dalton (les vrais), Wyatt Earp, Buffalo Bill et d’autres légendes de l’Ouest. Du Klondike à l’Afrique du Sud en passant par Java à bord du légendaire Cutty Sark et à travers l’Atlantique à bord du Titanic, Don Rosa nous a fait découvrir le monde dans la Jeunesse de Picsou.

Ce cycle terminé, il produit aussi de nombreuses histoires se passant après la rencontre de Picsou avec des neveux Donald, Gontran, Riri, Fifi et Loulou qui lui feront retrouver la bibliothèque d’Alexandrie, l’El Dorado, la Vallée des Poules Carrées, etc…

Bref, pour moi c’est un peu un dieu vivant.

Et ce week end (les 5 et 6 novembre 2011), c’était le Lille Comics Festival qui comme son nom l’indique accueille des auteurs de comics dans la Capitale des Flandres. L’invité d’honneur n’était autre que Don Rosa lui même. Si je n’ai pas pu avoir un dessin de la part du maître lui-même (il fallait se lever tôt pour y avoir droit), il m’a tout de même dédicacé ma lithographie du festival, m’a dit quelques mots et m’a serré la main.

Le maître à l’oeuvre

La lithographie réalisée pour le festival dédicacée par Don Rosa

Un rêve de gosse qui s’accomplit en somme.

L’affiche du LCF : Batman devant le Beffroi de Lille

A part ça, le Lille Comics Festival m’a beaucoup plut. Des auteurs connus et moins connus, tous très sympathiques. Des vendeurs de comics et autres produits dérivés en grande quantité. Des panels intéressants. Une très bonne expérience. J’y retournerai l’année prochaine !

Mention spéciale aux membres de l’association 92 Bulles présent pour la promotion du fanzine Ganesha. Sympas et accessibles, les deux auteurs m’ont fait chacun un dessin (je vous mets les photos en dessous).

Et pour les ragots : il m’a semblé voir l’auteur français Philippe Cardona (Noob la BD, Sentaï School, Magical Janken Pon, etc…) en tant que visiteur sur le salon. J’en suis presque sûr mais j’ai pas voulu l’embêter donc je ne saurai jamais !

Dessins des auteurs de 92 Bulles :

Liens:

Le site du Lille Comics Festival

Le site de l’Association 92 Bulles