Quoi ? tu connais pas Google+ ?

Google+ est arrivé du jour au lendemain sans prévenir personne alors qu’on attendait depuis longtemps la réponse de Google à Facebook. Après les échecs successifs de Google Wave et Google Buzz, on pensait que la firme de Mountain View allait reconnaître son inaptitude à faire du web social mais que nenni !

Car après avoir lancé le bouton +1, voilà Google+ !

Mais c’est quoi en fait ? C’est le réseau social made in Google. Actuellement sur invitation (mais ce n’est pas très dur d’en avoir une), l’ergonomie du site est très similaire à celle de Facebook, en blanc, plus épuré et surtout en beaucoup plus rapide.

Google+ se base sur 3 fonctionnalités majeures : Circles, Sparks et Hangouts. Sans compter le Bouton +1 et les fonctionnalités spécifiques à la version mobile.

+Circles, des cercles pour gérer ses contacts.

C’est la façon de gérer ses « amis ». Contrairement à Facebook où le processus de création de listes est lourd et compliqué, la fonction Cercle permet en un clic de gérer qui peut voir quoi sur votre profil. Ainsi dés que vous mettez à jour votre statut ou un élément de votre profil, vous avez la possibilité de le rendre à un ou plusieurs cercles ou même à tous en mode public.

De même, l’ajout au contact est ici asymétrique. Vous pouvez ajouter quelqu’un à un Cercle sans qu’il n’ait à le faire également. Si il ne le fait pas, vous ne verrez que ses informations en mode public. Le grand jeu des cercles à déjà commencé et cela va de Amis ou Réseau Pro à Mes ex’.

Grâce à cette fonction, Google+ se rapproche de Twitter mais permet aussi de construire son réseau professionnel plus facilement que sur Viadeo ou LinkedIn.

Note : des ingénieurs de Facebook se sont amusés à créer CircleHack. Une application pour Facebook qui permet de gérer ses listes avec l’interface des cercles de Google+.

+Sparks : Les « Déclics ».

La fonction Déclic vous permet de suivre des sujets qui vous intéresse. Recherche Google intégrée à Google+, cela vous permet de partager avec vos cercles les informations qui vous intéressent. Loin des fanpages de Facebook, c’est plutôt un outil qui se rapproche de Twitter (ou de Google Buzz…) et qui vous proposera en fonction de vos goûts (et peut être de vos +1 qui sait) des vidéos et articles susceptibles de vous plaire.

Notez tout de même que les « fanpages » pour les marques sont actuellement en préparation.

+Hangouts : Chat vidéo de groupe.

En plus d’intégrer Google Talk pour chatter avec vos amis, Google+ vous propose de créer des « bulles ». Ces bulles sont des chats vidéo pouvant inclure jusqu’à 10 personnes. Et c’est fluide.

Sur ce point particulier, Facebook a déjà préparé sa contre-attaque puisque suite à son partenariat avec Skype (récemment racheté par Microsoft), le chat vidéo devrait faire son apparition prochainement sur le réseau social.

+Bouton +1

N’oublions pas le bouton +1 (disponible sur ce blog!). C’est le « J’aime » de Google. La différence étant que le nombre de +1 influencera le référencement dans le moteur de recherche et servira de recommandation pour vos contacts. Sur Google+, vous pouvez « plusser » les publications et les commentaires.

Au delà des éléments actuels et de la centralisation des services Google (le service photo de Google+ n’est autre que Picasa), la version mobile ajoute quelques éléments supplémentaires.

Si il ne faut pas oublier que Google+ est toujours un « projet » en version bêta, une application mobile est déjà disponible sur Android (un site mobile existe en attendant la version iPhone).

+Mobile.

Sur le mobile, vous avez la possibilité d’uploader instantanément toutes les photos que vous faites directement dans un album sur votre profil Google+.

Mais surtout vous pouvez effectuer des check-ins à la Foursquare via Google Latitude. Le service est loin d’être aussi élaboré que sur Foursquare (pas de création de lieu possible depuis la version mobile notamment), c’est un grand pas vers un éventuel développement de Google Latitude, peu utilisé pour le moment. C’est surtout un concurrent de plus pour Facebook Places.

+Huddle : discuter avec vos cercles sur votre mobile.

Enfin, comme le chat vidéo groupé sur mobile risque de poser pour un moment des difficultés techniques, Google+ nous offre « Huddle ». Un chat disponible sur l’application mobile pour discuter avec tous les membres d’un cercle. Un genre de Blackberry Messenger ?

Notons que la traduction en Clique passe beaucoup moins bien que Huddle…

Vous l’aurez compris, Google+ c’est tout et rien à la fois. Un site tentaculaire qui regroupe les services Google en un réseau social assimilant Facebook, Twitter, LinkedIn (et Viadeo) et Foursquare. L’intégration de YouTube n’est pas encore faite mais ça ne saurait tarder. D’ailleurs, l’arrivée de Googe+ coïncide avec le relooking subit par toutes les pages du moteur de recherche et celle à venir pour Gmail. La nouvelle barre noire de Google intègre également Google+ à Gmail.

On peut s’attendre à une intégration en profondeur de Google+ dans les prochaines versions du système d’exploitation mobile Android.

Serait-ce le retour de l’hégémonie de Google ou un autre plantage en perspective pour l’entreprise ? On verra bien.

+Community Management et Référencement

De mon humble point de vue de Community Manager, je me demande quelles seront les répercussions sur le long terme si Google+ fonctionne. Avec la création des pages de marque à venir, Google+ sera un nouveau vecteur de communication pour les entreprises et donc un nouvel espace conversationnel à prendre en compte dans la stratégie à gérer pour le Community Manager.

Google+ aura aussi un impact pour le référencement. Après tout c’est Google qui décide de ce qui est important pour son moteur de recherche. Par exemple, avoir un compte Google+ est un excellent moyen d’avoir un bon référencement sur votre nom (utile pour votre personal branding). De même on peut supposer que les pages de marque seront mieux référencées que celles de Facebook.

La population qui peuple Google+ est composée de geeks, d’early-adopters, de travailleurs du web et de curieux. En une semaine, il y a eu un engouement assez fort pour le projet même si l’avenir est incertain.

La question qui reste en suspend est bien sûre celle de la réaction de Facebook (même si Mark Zuckerberg est déjà inscrit sur Google+). Affaire à suivre donc.