Vous vous souvenez de Netscape ? Mais si, ce navigateur web qui dominait le marché dans les années 90 avant que Microsoft ne lance Internet Explorer !

Et bien l’un des fondateurs de Netscape, à savoir Marc Andreessen, a lancé un nouveau projet. Partant du principe que le web aujourd’hui est social, il a voulu créer un navigateur web optimisé pour l’utilisation des réseaux sociaux. Et c’est comme ça qu’est né Rockmelt. Ce dernier est basé sur Chromium, la version libre du navigateur Chrome de Google. C’est un navigateur tout ce qu’il y a de plus simple. Une barre d’adresse. Un champ de recherche. Des onglets. L’innovation, se trouve dans les 2 barres latérales et dans le bouton « Share ».

Je vous propose un aperçu vidéo avant d’aller plus loin.

Mais revenons un peu en arrière. Lorsque vous installez Rockmelt, il vous demande de vous connecter à votre compte Facebook. Une fois cette étape passée, vous pouvez constater que dans la barre latérale gauche se trouve les photos de vos amis Facebook. En effet, Rockmelt intègre directement le chat de Facebook. L’avantage ? Plus besoin d’être sur Facebook même pour discuter avec vos amis. Et dans la barre latérale droite, vous retrouvez vos notifications Facebook.

Aperçu du fil d'actualités Facebook

Intégration du chat Facebook

Vous allez me dire que c’est bien beau mais qu’il n’y a pas que Facebook dans la vie. Et vous aurez raison. Dans la barre latérale droite, vous pouvez ajouter un widget lié à votre compte Twitter qui vous avertit dés que vous avez des nouveaux tweets dans votre TL et directement via le widget vous pouvez répondre ou retweeter en un clic !

Ces fonctions sont déjà bien utiles pour les accros à Facebook et les twittos aguerris. Mais ce n’est pas tout. A côté de la barre d’adresse, il y a un bouton « Share ». Cliquez dessus et il vous proposera de tweeter ou de partager sur Facebook le lien de la page que vous êtes en train de visiter. Et luxe absolu, pour Twitter, le navigateur intègre directement un réducteur d’URL (ça donne une adresse en me.lt).

Et comme il n’y a pas que Twitter et Facebook dans la vie, vous pouvez aussi ajouter des flux RSS dans la barre latérale pour tout suivre en un coup d’oeil ! Et puis, Rockmelt est basé sur Chrome donc tous les modules pour ce dernier navigateur sont disponibles (même si ils sont bien moins nombreux que pour Firefox).

Bon alors je vous ai fait la liste des avantages de Rockmelt, mais a-t-il des défauts ?

Oui, et un de taille. Il est nécessaire d’avoir un compte Facebook pour utiliser Rockmelt. Ca risque de poser des problèmes aux éternels récalcitrants à Facebook. En même temps, ceux là n’ont pas vraiment l’utilité d’un tel navigateur web.

Un autre inconvénient qui m’a surpris. On ne peut pas tweeter directement depuis le widget Twitter. La parade consistant à cliquez sur le bouton « Share » et à virer le lien pour envoyer un message sur Twitter.

Ajoutez à ça que le navigateur est encore en bêta fermée et que quelques bugs sont au rendez-vous, et vous aurez la liste des points négatifs. Je pense tout de même que Rockmelt va arriver à se faire une place parmi les navigateurs. Il a d’ailleurs réussi à me faire délaisser Firefox (ce que Chrome n’avait pas pu faire).

En bref, je vous conseille de tester Rockmelt pour vous faire votre propre opinion ! Vous pouvez faire une demande pour utiliser le navigateur sur le site officiel ou vous faire inviter par quelqu’un qui l’a déjà (si ça vous tente, demandez-moi une invit’ dans les commentaires).